voir aussi notre blog
animé par Pascal Bazile

vous pouvez vous y exprimer


L' ETANG NOUVEAU

Avenue Adam de Craponne - 13250 Saint Chamas
Association 1901 - agréée Environnement - Bouches-du-Rhône



Notre contribution
au SDAGE 2016-2021

Plage de Ferrières
bientôt réhabilitée et
ouverte à la baigande

 
MENU PRINCIPAL













Menu réservé à l'EN
Accès par mot de passe

  

(3 essais maximum )

 

   
 
liens vers associations
liens vers organismes



   






liens vers collectivités locales









 



liens divers







dernière mise à jour

nombre de visites
depuis le 8/10/2013

Présentation        Manifeste de novembre 1988      L'étang Nouveau maintenant        Statuts  (version 2008)

L'Association (présentation et historique)

L'Étang Nouveau, association loi 1901, agréée « environnement » depuis 1999 et confirmé en 2014, pour les Bouches-du-Rhône, reconnu par la DIREN (devenu par fusion DREAL) de par son action, a été créée en 1988 pour la réhabilitation de l'étang de Berre et sa mise en valeur au profit de tous. Cet étang en effet était alors profondément dégradé. Il l'est un peu moins aujourd'hui, mais beaucoup reste à faire. Sa dégradation a été sciemment programmée, organisée et légalisée par la loi 55-6 du 5 janvier 1955 qui en a fait l'émissaire contre-nature des eaux de la Durance, et avec la loi du 17 juillet 1957 qui y interdisait la pêche.

La centrale hydroélectrique de Saint-Chamas
est le terminal de l'aménagement Durance-Verdon.
Comme on pouvait s'y attendre, sa mise en service en mars 1966 a immédiatement détruit cette vie marine particulièrement intense et riche qui faisait la réputation de l'Étang de Berre.

250 m³/s, 3,6 Md de m³ d'eau
et 500 000 tonnes de limons par an, dans ce réceptacle de 0,9 milliard de m³
l'ont rendu impropre à la vie en déstabilisant en permanence sa salinité.

Pour œuvrer à la réhabilitation de l'Étang de Berre, L'Étang Nouveau a donc organisé la première manifestation devant la centrale EDF de Saint-Chamas pour en demander l'arrêt, le 5 mars 1989.

C'était le début d'un processus qui obtenait le soutien massif des riverains, exprimé notamment par le référendum du 6 octobre 1991 exigeant l'arrêt « immédiat et absolu » de cette cause primordiale de la dégradation de l'étang.

C'est ce trépied « arrêt - immédiat - absolu » qui a soutenu la belle unité d'action et de revendication de la période qui a suivi. Le collectif d'associations « L'Étang Marin », qui s'était créé parlait d'une même voix, de même que les élus, toutes opinions politiques confondues. La revendication était limpide et ne pouvait se traduire concrètement que par la fermeture de la centrale EdF de St-Chamas (ou du moins la très forte réduction des rejets) et la restitution des eaux à la Durance au niveau de Mallemort.

Hélas! Brusquement et sans aucune justification officielle (il y a, bien évidemment, des choses qu'il ne faut pas dire !), Serge Andréoni, maire de Berre, opéra un virage à 180° en réclamant un canal de dérivation ou un siphon, dont on savait depuis 1993 qu'il ne se ferait pas. Cette nouvelle position remplacait irrémédiablement le pied « immédiat » du trépied par quelque chose comme « vingt ans »
Dure condamnation pour l'Étang ! Si les élus, qui depuis le début avaient donné leur aval à Serge Andréoni pour tout ce qui concernait le problème Étang de Berre, lui emboîtèrent le pas comme un seul homme, l'Étang Nouveau et la Coordination des Pêcheurs se retrouvèrent seuls sur la ligne du bon sens : réduction immédiate des rejets par restitution dans le lit naturel de la Durance.

Mais à vouloir trop en faire, on finit par obtenir l'effet inverse de celui recherché : entre autres projets farfelus, le GIPREB ressortit un jour la carte des Alpilles et de la Crau pour présenter un nouveau tracé. Un projet délirant promettant de ravager les canaux d'irrigation et les terres agricoles que des générations de producteurs de foin de Crau avaient amoureusement entretenus depuis le grand Adam de Craponne. Et on parle de développement durable !
La réaction ne se fit pas attendre. L'Étang Nouveau fut invité à présenter ses solutions dans toute la région et n'eut aucun mal à convaincre ces spécialistes de l'eau. Le canal de dérivation allait réduire à néant quatre siècles d'harmonie, sans régler les problèmes de la Durance et de la Camargue. Une grande manifestation réunit les opposants au projet de canal devant la centrale de St-Chamas le 15 février 2004. Le Collectif Adam de Craponne était né.

Autour des propositions de l'Étang Nouveau, une vingtaine d'associations* de riverains, de défenseurs de l'environnement et d'organismes historiques d'arrosants ont réalisé un travail extraordinaire de mobilisation et d'information.(voir page "calendrier" l'historique de quelques manifestations citoyennes). Un poids qui a été décisif dans la décision de la Cour Européenne de justice qui a su faire la différence entre les solutions de logique et de bon sens et les visées beaucoup moins louables poursuivies par les tenants de la dérivation.

  Certainement vexé d' avancés non de leur fait, le GIPREB préfère nous tenir à l'écart et a essayé de nous décrédibiliser avec le texte suivant dont chacun peut être juge. => le texte.

Sauf que, la réponse en est aisée:

    Le texte incriminé a été maintenant retiré, peut être jugé tardivement que le bouchon avait été poussé un peu loin.

Manifeste de novembre 1988:
 
 
Ce texte
 a été adopté lors de l'Assemblée Constituante de l'Étang Nouveau le 26 novembre 1988 salle polyvalente de  Varage Massane

L'Etang Nouveau actuellement

 Depuis sa création, l'Etang Nouveau a élargi
son
domaine d'action à tout le bassin versant de la Durance

De ce fait ses statuts ont été modifiés puis élargies pour être
plus adaptés à nos activités.

 En juin 2016, notre agrément "environnement" pour les Bouches du Rhône a été reconduit.


Cet élargissement concerne essentiellement: